Comment la France et l’Italie soutiennent l’industrie aérospatiale

Comment la France et l'Italie soutiennent l'industrie aérospatiale

Les programmes de financement de l'industrie aérospatiale en France et en Italie comparés au regard du fonds de relance

La France et l'Italie se présentent toutes deux pour se mettre à l'abri pour maintenir à flot le secteur aérospatial, touché par la pandémie de Covid. En l'absence d'investissements adéquats, le secteur risque une crise.

En juin, le gouvernement français a annoncé un plan de 15 milliards d'euros pour l'industrie aéronautique en France.

Mais désormais, le gouvernement parisien entend donner un nouvel élan à la chaîne d'approvisionnement spatiale en injectant plus de 500 millions d'euros de financement supplémentaire, dont 365 financés par le plan de relance pour accéder aux ressources fournies par la Next Generation Eu, comme le disait La Tribune .

Pour le moment, pas de nouveau soutien du gouvernement italien au secteur aérospatial – sans compter ceux des compagnies aériennes en particulier Alitalia – mais nous travaillons sur le financement avec les ressources allouées à l'Italie par la Next Generation Eu (209 milliards de subventions et de crédits).

«Les industries de défense italiennes, qui emploient environ 150 000 personnes, ont l'intention de trouver une place adéquate (pour au moins 25 milliards d'euros) dans les programmes éligibles. C'est ce que demande au gouvernement l'Aiad, la Fédération, membre de la Confindustria, qui représente les entreprises italiennes de l'aérospatiale, de la défense et de la sécurité, présidée par Guido Crosetto », a écrit Il Sole 24 Ore ces derniers jours.

Tous les détails.

LE COMPARTIMENT AÉROSPATIAL FRANÇAIS

Le secteur aéronautique en France comprend 1 300 entreprises industrielles, 300 000 emplois directs et indirects, dont 35 000 ingénieurs. Rien qu'en 2018, il a réalisé un chiffre d'affaires de 58 milliards d'euros.

L'AIDE D'ÉTAT DÉCIDÉE EN JUIN

15 milliards de dollars pour l'industrie aérospatiale française, ancrée par l'urgence Covid. En juin, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a annoncé le plan de sauvetage pour aider le secteur industriel durement touché par la crise aérienne. Sans ce plan, 100 000 emplois auraient été menacés d'ici la fin de l'année, «un tiers des emplois du secteur».

Le plan de 15 milliards d'euros du gouvernement comprend des garanties de prêts, des subventions salariales pour les travailleurs licenciés et un fonds d'investissement pour les petites entreprises.

1 MILLIARD DE FONDS D'INVESTISSEMENT AVEC AIRUBS, SAFRAN, DASSUALT ET THALES

Le package comprend un fonds d'investissement à partir de 500 millions d'euros avec un objectif de 1 milliard, destiné à encourager le développement des fournisseurs de taille moyenne.

Sur ce montant, 200 millions seront fournis par les quatre constructeurs (jusqu'à 116 millions d'euros d'Airbus, 58 millions de Safran, 13 millions de Dassault et 13 millions de Thales). Le fonds est géré par Ace Management, une filiale de la société de gestion de patrimoine et d'investissement Tikehau Capital.

L'Etat français confirme sa participation dans Ace Aéro Partenaires pour 200 millions d'euros. Dont 50 millions via la banque publique d'investissement Bpifrance.

LA NOUVELLE IMPULSION POUR LA CHAÎNE SPATIALE

Mais la France est de retour sur la chaîne d'approvisionnement spatiale. Le gouvernement français dynamise l'industrie spatiale en injectant plus de 500 millions d'euros de financement supplémentaire.

Comme l'explique la Tribune , «ce soutien représente, dans le cadre du plan« France Relance » présenté il y a deux semaines par le Premier ministre Jean Castex, une dotation de 515 millions d'euros , dont 365 millions pour la période 2021-2022 entièrement financés du Fonds de relance de l'UE ".

«Un soutien spécifique au secteur spatial devrait permettre de relancer les entreprises touchées par la crise, d'investir dans l'innovation et d'améliorer leur compétitivité», a précisé le gouvernement dans le dossier de presse. «Il est urgent de mettre en place un support dédié au secteur».

SANS OUBLIER LE PLAN POUR L'HYDROGÈNE

Le secteur aéronautique pourrait également puiser dans une autre partie. A l'occasion de la présentation du Plan Hydrogène, dévoilé le 8 septembre, le Ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a également encouragé le secteur aéronautique.

Si les 7,2 milliards d' euros le plan – inclus dans 100 milliards du plan de relance de la France vise notamment aux acteurs de la production d'hydrogène et des secteurs tels que l' industrie lourde et le transport de marchandises – Le ministre Le Maire a néanmoins a souligné le rôle que le secteur aéronautique devrait également jouer dans ce secteur.

«D'ici 2035, nous devons avoir réussi à avoir un avion qui peut rouler à l'hydrogène, un avion zéro émission», a déclaré Le Maire. "Que voulons-nous? Est-ce qu'Airbus est devant ou derrière Boeing et Comac? Produire des avions zéro émission en 2035 ou laisser ce marché, probablement le plus animé des décennies à venir, aux Américains ou aux Chinois? ».

AVANCE DES ORDRES MILITAIRES

Enfin, dans le cadre du plan aéronautique inclus dans le plan «France Relance», dans la section inscrite au titre de la mesure «commandes militaires», le gouvernement a prévu 832 millions d'euros pour une avance sur commandes. Mais dans le document gouvernemental, il n'est pas détaillé davantage.

LE SECTEUR AÉROSPATIAL ITALIEN

Passons maintenant à notre pays. «L'induit généré par l'industrie aérospatiale comprend plus de 4 000 entreprises, pour un total induit de 13,5 milliards d'euros (0,65% du PIB). La valeur ajoutée globale du secteur s'élève à environ 12 milliards d'euros. Et plus de 159 000 emplois ont été créés par le secteur », a rappelé Gianluca Di Cicco, responsable de la transformation des effectifs de Deloitte chez MF / Milano Finanza .

LE PROJET DE PROPOSITION DU MISE

Mise vise également à soutenir la chaîne d'approvisionnement aérospatiale et l'économie spatiale avec le Fonds de relance. Dans le projet de document que le ministère du Développement économique dirigé par Stefano Patuanelli a adressé au Département des politiques européennes du Premier ministre, en vue de la préparation par le gouvernement du Plan de relance pour accéder aux ressources prévues par la Next Generation Eu, on retrouve également le renforcement de la chaîne industrielle aérospatiale nationale.

Concrètement, il s'agit d'investissements égaux à 12 milliards et demi d'euros pour l'industrie aérospatiale italienne et à un milliard d'euros pour l'économie spatiale.

EN ATTENTE DE PROJETS DE DÉFENSE

Mais la proposition de Mise ne sera pas la seule. "D'autres projets d'un montant similaire seront bientôt présentés par la Défense, portant le montant total des projets financés par le Fonds de relance à un montant égal à environ 25 milliards d'euros", a écrit Gerardo Pelosi dans Il Sole 24 Ore le 10 septembre.

"Lors de diverses rencontres ces derniers jours entre la direction des entreprises du secteur avec le gouvernement (ministères de l'Économie, du Développement économique, de la Défense et des politiques européennes) des projets sur les nouvelles technologies pour les secteurs de la sécurité industrielle et nationale et des projets pour plates-formes navales, aéronautiques, électroniques et spatiales présentant un intérêt pour les forces armées italiennes et de l'OTAN ".

Cependant, selon le Corriere della Sera, il faudra attendre la nouvelle année pour connaître "la vraie liste des projets à financer avec les 209 milliards d'euros budgétisés par Bruxelles".

LE PREMIER FONDS SPATIAL ITALIEN

En attendant de connaître les projets financés sur les ressources du fonds de relance, nous vous rappelons qu'en avril dernier le conseil d'administration de Cdp Venture Capita l (société détenue à 70% par Cdp Equity et à 30% par Invitalia) a décidé d'investir, à travers son propre fonds de fonds VentureItaly, jusqu'à 21 millions d'euros dans le Primo Space Fund. Il s'agit du premier fonds italien axé sur les investissements dans les startups de l '«économie spatiale».

Le fonds a un objectif de collecte de 80 millions d'euros et compte sur le soutien du Fonds européen d'investissement et d'autres investisseurs institutionnels.

D'autre part, le secteur de l'économie spatiale est une tendance à croissance rapide. En 2016/7, la valeur de l'économie spatiale mondiale était estimée à plus de 320 milliards d'euros, avec une augmentation moyenne de 38% par rapport à 2014, et est estimée à environ 500 milliards d'euros en 2030. Comme le souligne le projet les dépenses de la Mise au bénéfice du Fonds de Relance qui prévoit un milliard d'euros pour des initiatives d'économie spatiale.


Cet article est une traduction automatique de la langue italienne d’un article publié sur le magazine Début Magazine à l’URL https://www.startmag.it/innovazione/come-francia-e-italia-sostengono-la-filiera-aerospaziale/ le Mon, 14 Sep 2020 05:19:10 +0000.