D’abord les parlementaires vous coupent et ensuite ils vous baisent avec des listes de prix bloquées (par P. Becchi et G. Palma)

Article de Paolo Becchi et Giuseppe Palma dans Libero hier 12 septembre:

Ils nous emmènent faire un tour. Le Parti démocrate avait subordonné son Oui au référendum sur la « coupe des parlementaires » à l'approbation d'une loi électorale qui corrigerait la baisse de la représentation populaire au Parlement, mais la commission des affaires constitutionnelles de la Chambre a adopté jeudi le texte de base de cette nouvelle loi électorale, le Germanicum , qui sera examiné dans la chambre de Montecitorio à partir du 27 septembre, c'est-à-dire après le référendum. Pas de correctif, comme Zingaretti l'avait demandé, une mauvaise loi qui ne fait qu'aggraver toute réduction du nombre de parlementaires.

Le Germanicum introduit un système électoral proportionnel avec un seuil sur une base nationale de 5%, avec le droit de la tribune pour les listes qui – sans atteindre le seuil au niveau national – ont obtenu 5% dans au moins trois circonscriptions, dans deux régions de la Chambre ou dans une circonscription du Sénat. Le tout sans préférences, c'est-à-dire avec le système de listes de prix bloquées . C'est le vieux vice de vouloir contrôler les «élus» en les nommant avant le vote malgré les refus répétés de la Cour constitutionnelle de Porcellum et Italicum . On objectera que la Chambre pourra toujours entrer des préférences, comme le M5S l'a demandé, mais cela ne se produira pas. L'opportunité pour les partis majoritaires de pouvoir désigner leurs futurs parlementaires pour mieux les contrôler est trop bonne. Tous heureux et satisfaits, sauf les électeurs.

Moins de parlementaires et encore moins de nommés , la fin de la démocratie représentative. Un système oligarchique gouverné exclusivement par les chefs des partis et sans aucun contrôle des électeurs, qui se limiteront dans les sondages pour ratifier les nominations décidées à la table par les secrétariats des partis.

Charte trahie – Pourtant, la Constitution prévoit que les parlementaires sont élus directement par les citoyens et que le vote est un choix libre et non une simple ratification. Ainsi le vote démocratique se transforme en vote sur la plateforme Rousseau, qui se limite à ratifier les décisions déjà prises par les dirigeants du nouveau parti pentastellato. La réduction du nombre de parlementaires crée de graves problèmes de représentativité surtout au Sénat, avec des régions entières sous-représentées. Le seuil de 5% à l'échelle nationale, accompagné de la réduction du nombre de sénateurs de 315 à 200 et d'une loi électorale prévoyant des listes bloquées, fera du Palazzo Madama Hall un lieu accessible uniquement aux listes les plus votées – avec sacrifice des minorités – et avec des sénateurs nommés par les chefs de parti. A part "on vaut un"!

Le vrai perdant de ce jeu, cependant, est le Parti démocrate, qui a voté à trois reprises contre "la coupure" puis l'a acceptée au nom d'un pacte de pouvoir qui a permis aux Démocrates de se rendre au gouvernement vaincu dans les sondages. Le scalp de la Constitution en échange du gouvernement. Après le référendum, lorsque la loi électorale arrivera à Montecitorio, ItaliaViva et LeU – qui ne l'ont pas approuvée en commission – feront sauter la table. Renzi ne veut pas du seuil de 5% et est plus enclin à un système majoritaire, tandis que LeU aimerait abaisser le seuil de 5 à 4%. À ce stade, Zingaretti se trouvera dans le parti en grande difficulté avec une réforme constitutionnelle dont il ne voulait pas et sans la loi électorale qu'il voulait . Et ce serait encore pire si le Non était adopté, car la défaite des M5 serait aussi sa défaite, étant donné qu'ils sont au gouvernement ensemble et soutiennent désormais ensemble la réduction.

de Paolo Becchi et Giuseppe Palma dans Libero hier, 12 septembre 2020.

*** *** ***

PS Ceux qui souhaitent approfondir les raisons du «non» au référendum de confirmation des 20 et 21 septembre, pourront lire l'avant-dernier livre par moi-même et par Paolo Becchi, « Une mauvaise réforme. Douze raisons de dire NON à la coupe des parlementaires », Editrice Gds (première édition février 2020; deuxième édition septembre 2020):
https://www.amazon.it/Una-reforma-sbagliata-Dodici-parlamentari/dp/8867829920/ref=mp_s_a_1_1?dchild=1&keywords=una+reforma+sbagliata&qid=1599220139&sr=8-1

Giuseppe PALMA


Télégramme
Grâce à notre chaîne Telegram, vous pouvez rester informé de la publication de nouveaux articles de Scénarios économiques.

⇒ Inscrivez-vous maintenant


L'article Avant de couper les parlementaires, puis ils vous baisent avec les listes de prix bloquées (par P. Becchi et G. Palma) vient de ScenariEconomici.it .


Cet article est une traduction automatique de la langue italienne d’un article publié sur le site Scenari Economici à l’URL https://scenarieconomici.it/prima-vi-tagliano-i-parlamentari-e-poi-vi-fregano-coi-listini-bloccati-di-p-becchi-e-g-palma/ le Sun, 13 Sep 2020 19:08:20 +0000.