Sadique ne veut pas dire fort. Pourquoi Draghi ne devrait pas être le président des Italiens

C'est un exutoire, ressenti et nécessaire, après avoir vu et lu les dernières règles signées par lui. Cependant, nous ne sommes pas les seuls à douter des qualités politiques du PD

Nous savons que les Italiens aiment l'homme fort aux commandes. Mais sadique ne veut pas dire fort, comme autoritaire ne veut pas dire autoritaire, et être fort avec les faibles ne veut pas dire avoir les couilles tant médiatisées, mais c'est être cynique qui abuse de son pouvoir, sans scrupule.

Fort signifie admettre ses erreurs, s'excuser et reculer. Ne pas les admettre et les relancer, c'est être en insécurité, avoir peur de dévoiler sa propre petitesse, croire conforter le récit suceur de cul que les médias ont construit à son sujet : « un homme charismatique, respecté, fort et compétent ». Un homme charismatique ne se fait pas prendre les mains dans le pétrin lors des conférences de presse en disant : « Les non vaccinés mourront ! Ils vont tuer ! Il n'y a qu'avec le greenpass que vous aurez la certitude d'être parmi des personnes saines et non contagieuses ! » : Canular indigne. Un homme compétent ne se met pas à débiter de faux chiffres comme un mouchoir télé, après les avoir laissé passer devant un ministre qui a dans les yeux le désespoir de quelqu'un qui ne comprend pas une vraie puce et qui réfléchit à quel livre il pourrait écrire une fois envoyé à la cage, si le château de cartes et de mensonges s'effondre. Un homme compétent, s'il ne sait pas lire et analyser des données par lui-même, doit savoir choisir ses collaborateurs sur la base de leur intelligence et de leur capacité : non sur la base de leur rapidité à savoir décharger les fûts remplis par leur incompétence. Voir tachipirina et attente vigilante : « C'était juste un conseil ».

Par Marco Manfredini

Pourrait-il vraiment être un « bon banquier », quelqu'un qui devrait aller à un mariage avec des chiffres, quelqu'un qui ne voit pas les mauvaises données qu'il transmet assidûment aux Italiens ? Etant donné que n'importe qui, moins banquier que lui, même la ménagère de Voghera (cit) a sgamé à la volée en supercazzola ? Parmi toutes les données délirantes (que répètent encore des petits personnages obtus à la télé) on en tire une au hasard : Draghi dixit : « 75% des unités de réanimation sont occupées par des No Vax » ! »
NDLR : ce jour les soins intensifs étaient occupés à 16 %. Les 75% (en supposant qu'il s'agit d'un vrai pourcentage) de 16% peuvent se résumer comme suit : "Les soins intensifs sont occupés à 12% par des non vaccinés". C'était facile, allez. En revanche, les plus difficiles comme le calcul du déficit de pays comme la Grèce, comment les résolvez-vous ? En plongeant l'État dans la pire des misères et en l'endettant à vie pour les 150 prochaines générations, bien sûr. L'opération a réussi mais le patient est décédé. « Vous êtes un beau banquier ! Un apôtre ! Un saint! Vive notre banquier !" (sémicite)

Mais passons aux choses sérieuses et non à ses petits spectacles pathétiques pour la presse agenouillée : parlons des nouvelles règles du GREENPASS. L'outil ingénieux de la répression est sur le point d'être abandonné par le Royaume-Uni, l'Ecosse et l'Irlande. Alors que d'autres pays européens comme l'Espagne ne l'ont jamais adopté, pas même dans sa forme de base. "Parce que nous sommes meilleurs !" En effet , l'Italie est actuellement le grand pays européen avec le taux de mortalité le plus élevé du Covid : 236,48 pour cent mille habitants, contre 194,57 en Espagne sans pass vert et 229,99 au Royaume-Uni. De même avec le ministre israélien des Finances qui a affirmé que le pass vert est une mesure qui s'est révélée "sans aucune logique médicale et épidémiologique" .

Alors que fait le beau banquier, apôtre et saint ? Il le renforce. Il la renforce pour littéralement persécuter ces 10% qui ne veulent pas se plier aux vaccins. Sadiquement, sans logique. Vaccins obligatoires pour les plus de 50 ans, sanctions pour les fraudeurs, et à partir du 1er février, en plus d'une myriade d'endroits où les non vaccinés ne pourront plus entrer (rappelons que c'est du novax même ceux qui n'ont QUE deux doses de vaccin, et à partir de mars même des millions de personnes qui ont fait le rappel pendant plus de 120 jours), l'impossibilité de prendre les transports en commun (ceux qui sont plus aisés et en voiture s'en foutent), d'entrer dans les bureaux de poste pour toucher leur pension (heureusement tous les octogénaires sont très habiles avec les opérations bancaires à domicile depuis un PC), renouveler leur passeport (enlèvement ?) et … écoutez, voyez, pour pouvoir accéder aux salons funéraires : le proche décédé peut être gardé en salle jusqu'à la fin des restrictions. Pour toutes les autres boutiques "non essentielles" qui ne sont plus accessibles aux non-verts, que dire : Amazon remercie sincèrement. Cette stratégie exquise, digne d'un esprit supérieur, ressemble beaucoup à celle d'Albertone lorsqu'il disait : « Macarone novax, m'as-tu provoqué ? Et moi je t'es super". Cela me rappelle personnellement un de ces gags où le désordonné avec une pelle tente d'écraser un moustique, échouant et dévastant la verrerie de la maison.

Alors cher Draghi, qui t'as hypocritement défini "… un grand-père au service des institutions, mes destins personnels ne comptent pas" (et à la place ça t'intéresse d'aller au Quirinal, cher grand-père), je résume pourquoi tu devrais t devenir notre président : pourquoi vous n'êtes pas empathique, parce que vous vous fichez de ce que sont vraiment les gens, parce que vous avez réduit les citoyens au désespoir, parce que vous ne respectez pas leurs choix, parce que vous n'êtes qu'un bluff autoréférentiel, parce que vous entourez-vous d'incapables, parce que vous ne savez pas comment vous excuser, parce que vous avez mis l'économie italienne à genoux, parce que vous ne faites que gaspiller de l'argent que nous vous rembourserons avec intérêt pour colmater les cratères que vous avez vous-même créés dans le entreprises fragiles du peuple : voici le pourboire, les rafraîchissements.

Vous deviendrez probablement président de la République, bien sûr. Pas choisi par les Italiens, comme vous voulez nous le faire croire avec les faux sondages agités aux 4 vents. Certainement pas la majorité des Italiens. Pour la énième fois nous subirons des choix qui ne sont pas les nôtres, car vous êtes à l'aise avec certaines politiques, et certains lobbies. Mais n'espérez pas nous aimer. Cher grand-père, quelle grande bouche tu as, et quelles longues dents….

PS : Cher Draghi, prudemment ce que je pense de toi, je te l'ai dit aujourd'hui : si tu devenais Président de la République, la description objective de ton ignorance deviendrait un délit pénal.


Télégramme
Grâce à notre chaîne Telegram, vous pouvez rester informé de la publication de nouveaux articles de Scénarios économiques.

⇒ Inscrivez- vous maintenant


Esprits

L' article sadique ne signifie pas fort. Pourquoi Draghi ne devrait pas être le président des Italiens vient de ScenariEconomici.it .


Cet article est une traduction automatique de la langue italienne d’un article publié sur le site Scenari Economici à l’URL https://scenarieconomici.it/sadico-non-significa-forte-perche-draghi-non-dovrebbe-essere-il-presidente-degli-italiani/ le Sat, 22 Jan 2022 16:21:21 +0000.