Visco (Bankitalia) remorqueurs M5S et Nagel (Mediobanca) sur Npl, Mps et Popolare di Bari

Visco (Bankitalia) remorqueurs M5S et Nagel (Mediobanca) sur Npl, Mps et Popolare di Bari

Ce que le gouverneur de la Banque d'Italie, Visco, a déclaré hier avec des références indirectes aux règles de la BCE sur les NPL (critiquées par Nagel) et aux projets statistiques du gouvernement sur les députés et Popolare di Bari

«Continuer à réduire les prêts douteux également en recourant à la méthode de restructuration des expositions des entreprises classées comme improbables à payer, dans le but d'augmenter la probabilité d'un retour à la performance».

«L'expérience de la gestion des banques publiques a souvent été caractérisée par de graves inefficacités dans les processus d'allocation des ressources».

Ces deux phrases prononcées hier au comité exécutif de l'ABI par le gouverneur de la Banque d'Italie, Ignazio Visco, sont en fait deux gifles sur des projets et des demandes qui viennent de la politique et des banques.

La gifle sur les banques publiques s'adresse en fait à ceux – en particulier au Mouvement 5 étoiles – qui aspirent depuis longtemps à une banque publique pour les PME et le Sud en particulier.

Pourtant, au-delà des intentions ou des objectifs des pentastellés, il existe actuellement deux banques qui sont contrôlées directement ou indirectement par l'État: Monte dei Paschi di Siena qui voit le Trésor dans l'actionnariat avec environ 68% et le Banca Popolare di Bari est presque entièrement contrôlée par Mediocredito centrale (Mcc) qui appartient à Invitalia, une holding contrôlée à 100% par le ministère de l'Économie.

Des reconstitutions journalistiques affirment que les critiques de Visco sont dirigées à la fois contre le projet de banque publique pour les PME par MPS et contre la banque sud dirigée par l'État à partir de la Banca Popolare di Bari.

Mais Visco – au comité exécutif de l'association bancaire présidée par Antonio Patuelli – a essentiellement frappé les banquiers aussi.

Ces derniers jours, avec une audition parlementaire papale papale, le directeur général de Mediobanca, Alberto Nagel, a soulevé sans trop de paraphrases ce qu'il croit – et aussi selon tous les banquiers qui préfèrent des tons plus diplomatiques – est une "bombe atomique", c'est-à-dire les règles de la BCE sur la dévaluation des prêts douteux.

Le provisionnement calendaire de la BCE, qui impose la dévaluation progressive des créances douteuses jusqu'à 100% en trois ans, est "une fausse règle" et devrait être revu: "appliqué dans l'après-Covid est comme une bombe atomique" et déterminerait "un désastre dans le budget les banques, pas seulement les nôtres », a déclaré Nagel ces derniers jours, lors de l'audition de la Commission parlementaire d'enquête sur les banques, sur l'application des mesures de liquidité. ( ICI L'ARTICLE COMPLET SUR L'AUDIENCE DE NAGEL ).

Visco n'est pas du même avis. Dans la grande incertitude qui pèse sur la tendance économique et sur l'évolution de la crise sanitaire – a déclaré hier le gouverneur de la Banque d'Italie – les banques italiennes ne doivent pas baisser la garde et "continuer à réduire les prêts improductifs en utilisant également le restructuration des expositions des entreprises classées comme improbables à payer, dans le but d'augmenter la probabilité d'un retour à la performance ».

Dans son discours consacré aux perspectives du secteur bancaire dans le nouveau contexte de la pandémie, et dans les réponses ultérieures aux questions posées par le public de banquiers qui ont demandé une modification de la réglementation de l'UE et de la BCE sur le traitement des prêts non performants compte tenu de la crise Covid-19, Visco – Il Sole 24 Ore a souligné – a invité les instituts à utiliser la flexibilité possible. "Toutes les banques – a-t-il dit – doivent se doter d'outils adaptés pour identifier à temps l'augmentation de la vulnérabilité des débiteurs, en particulier ceux qui ont adhéré aux moratoires".

Une attention particulière peut être demandée aux régulateurs européens – était son raisonnement, selon le résumé du journal Confindustria – mais il faut aussi tenir compte du fait que la nouvelle comptabilisation des flux de NPL et le soi-disant «provisionnement calendaire» qui imposera des dispositions à partir de janvier les banques plus rapides à couvrir entièrement les prêts non garantis (trois ans) et garantis (sept à neuf ans) sont le résultat d'intenses négociations qu'il n'est aujourd'hui pas facile de remettre en question.

Le message essentiel du numéro un de la Via Nazionale? "Ne comptez pas sur un changement des règles de provisionnement du calendrier européen pour réduire les ajustements de crédit, procéder aux provisions et, si nécessaire, préparer la recapitalisation des banques", résume Alessandro Graziani du journal dirigé par Fabio Tamburini: en bref, "Bankitalia ne le fait pas considère le changement de la norme européenne comme une priorité. Il est vrai, comme l'a rappelé Visco, que la question ne concerne pas directement le conseil de surveillance, mais le «législateur». Et donc la Commission européenne et le Parlement ».

Plutôt sur la question des NPL, que la crise est appelée à augmenter dans les mois et années à venir, Visco a confirmé qu'au niveau de l'UE l'hypothèse de considérer – même comme une exception aux aides d'État et donc sans automatisme du partage des charges – le lancement de bad banks nationales avec des capitaux mixtes public-privé qui seront en mesure de détecter les prêts improductifs non pas aux prix du marché mais à la "valeur économique effective" la plus élevée. Et la société d'État Amco (anciennement Sga) est le candidat naturel pour jouer le rôle de bad bank national.

Précisément l'ancienne Sga del Tesoro qui donne un coup de main solide à Mps pour vendre des stocks de prêts non performants et qui est désormais également impliquée dans le sauvetage de l'usine de jambon Ferrarini contrairement aux grandes banques italiennes . Salutations et félicitations.


Cet article est une traduction automatique de la langue italienne d’un article publié sur le magazine Début Magazine à l’URL https://www.startmag.it/economia/visco-bankitalia-strattona-m5s-e-nagel-mediobanca-su-npl-mps-e-popolare-di-bari/ le Thu, 17 Sep 2020 05:38:25 +0000.