Eunoè: un manifeste pour la science

Juste avant l'été, j'inaugurais avec des amis Eunoè, association de promotion sociale pour l'étude et la diffusion du rôle de la science dans les sociétés complexes. L'initiative est née de l'idée de rassembler et de coordonner les efforts de tous ceux qui, dans l' exploitation gouvernementale de la science, ont senti non pas déjà un danger, mais la danger plus grave qui pèse sur la représentation politique contemporaine.

Aujourd'hui, aucun grand effort herméneutique n'est nécessaire pour conclure que les politiques les plus controversées fondent toutes, d'une manière ou d'une autre, leurs raisons sur la présomption de "preuves" scientifiques à l'autorité desquelles on ne peut s'opposer sans paraître rétrograde, nostalgique ou superstitieux. Des urgences du "climat" aux "lois sévères" de l'économie, du transfert massif d'êtres humains d'un continent à l'autre à la volonté de tout numériser, automatiser et relier tout, des nouvelles théories pansexuelles à l'imposition de protocoles pédagogiques et la santé, ce qui «dit science» est devenu le nouveau «Deus vult», le dernier talisman à surmonter comme par magie, au sens ferenczien, les travaux et les compromis d'une démocratie de plus en plus mal tolérée par ses protagonistes.

En répétant que «la science n'est pas démocratique», l'invasion réciproque du champ entre les domaines complémentaires de scientia et kράτος s'est normalisée , les mettant en concurrence avec la prétention implicite de déroger aux processus démocratiques chaque fois qu'ils sont appelés à délibérer sur des questions alléguées. l'expertise des scientifiques. Cela a ouvert la voie à un état d'exception où non seulement la possibilité d'une pensée politique plurielle, mais aussi la pensée scientifique, s'effondrent . Avec le « Pacte transversal pour la science » lancé par un virologue réputé des Marches, il a été précisé par la suite que l'on ne peut pas s'attendre à gouverner au nom de la science sans gouverner la science . En fait, le document introduisait une distinction entièrement politique entre les scientifiques et les "pseudoscientifiques" pour arriver à l'espoir que le pouvoir en charge "arrêterait" ces derniers, entrant ainsi dans le processus de libre confrontation entre les représentants de la communauté scientifique et l'étouffant ainsi .

***

L'association Eunoè vise à réagir à cette situation dangereuse. Le paradigme épistémologique auquel elle adhère est celui de la science post-normale de Funtowicz et Ravetz , qui, en présence de décisions caractérisées par une forte incertitude et un large impact social, recommande d'étendre la base des connaissances et des jugements non seulement à la communauté scientifique strictement compétente, mais à l'ensemble des parties prenantes ("communauté de pairs élargie").

La première initiative lancée par l'association est un Manifeste pour la science qui résume ses principes inspirants. Le Manifeste est disponible sur manifesto.eunoe.org et est ouvert à la signature des politiciens, des universitaires et des chercheurs (de toutes les disciplines), des médecins et des journalistes. Ceux de ces catégories qui souhaitent signer ou recevoir plus d'informations peuvent écrire à [email protected]

Le Manifeste sera présenté au public le samedi 28 septembre à Bologne dans la salle Casa dell'Angelo, via San Mamolo, 24, à 18 h 00. L'entrée est gratuite et sans réservation. D'autres présentations suivront, en cours d'organisation.


Cet article est une traduction automatique de la langue italienne d’un article publié sur le blog Il Pedante à l’URL http://ilpedante.org/post/eunoe-un-manifesto-per-la-scienza le Sun, 01 Sep 2019 11:05:00 PDT.